samedi 22 octobre 2011

Une mauvaise decription d'un denier de Julia Domna avec Vénus et Cupidon (Rome, 210)

Généralement les deniers, étant donné leur faible diamètre (autour de 19mm), ne présentent pas de scène complexe: un ou deux personnages tout au plus avec leurs attributs. C'est le cas sur cette pièce, mais ici la représentation est plus riche et n'a jamais été correctement décrite par les ouvrages de référence. Qu'observe-t-on sur cette monnaie ? De gauche à droite, Cupidon tenant un arc ou un bouclier, la déesse portant casque et palme, une colonne et derrière celle-ci une cuirasse posée à terre. Ce denier pourtant présent à la Bibliothèque nationale de France, avait été décrit incomplètement en 1860 par H. Cohen dans sa première édition de sa "Description historique des monnaies frappées sous l'Empire romain" (C 115). En effet, il décrit Vénus comme étant à demi nue et oublie l'objet qui se trouve entre Cupidon et la déesse de l'Amour, nous y reviendrons. Dans sa deuxième édition en 1884, Cohen oublie carrément cette fois de mentionner la présence du petit Amour sur cette même monnaie (qui porte désormais la référence C 218) et cette erreur sera reprise telle quelle dans le RIC et dans la note du BMC, cette monnaie étant absente du British Museum. Une autre monnaie décrite dans la note du catalogue britannique fait référence à deux Cupidons (Atti et Mem. dell'Ist. It., 1925), mais il s'agit certainement d'une confusion avec la cuirasse derrière la colonne.


n° J40

Dénomination: Denier

Impératrice: Julia Domna 

Avers: IVLIA - AVGVSTA - Buste drapé à droite.

Revers: VENVS - VI-CTRIX - Vénus drapée debout de face, tête à gauche, les jambes croisées et le bras gauche appuyé sur une colonne, tenant une palme de la main gauche et un casque de la droite ; devant elle, Cupidon appuyé sur son arc (ou un bouclier?) ; derrière elle, une cuirasse.

Atelier (année de frappe): Rome (210)

Références: RSC 218a corr. (45£) - RIC 581note corr. - BMC S90note corr. - Hill 1123A corr. (R4) - BnF 6664

Caractéristiques: Argent, 19mm, 3.57g, 7h - ex. Helios Auktion 5 n°309

Note: On notera le traitement particulier de la draperie ainsi que du portrait si on les compare à d'autres deniers de cette impératrice.

Commentaire:

Revenons maintenant à l'objet que tient l'enfant ailé. On peut de prime abord penser à un bouclier. En effet, de nombreuses armes sont représentées sur cette scène: cuirasse derrière la colonne et casque dans la main de la déesse. Elles font très certainement référence aux armes de Mars, dieu de la Guerre et amant de Vénus. Cette dernière fait également forger des armes par son mari Vulcain pour son fils, le héros Enée durant la guerre de Troie. On sait l'importance d'Enée dans les origines de Rome et l'imaginaire des Romains. Jules Cesar se déclarera même descendant d'Enée et donc de Vénus. Le groupe sculpté ci-dessous de l'ancienne collection Borghèse montre Vénus et Cupidon portant des armes: épée, casque, une cuirasse est posée derrière eux. Il date du IIème siècle, mais a été complété au XVIème siècle comme c'était la mode à l'époque.


Vénus en armes (Musée du Louvre, Paris)

De plus, Vénus est qualifiée ici de Victrix, nous sommes donc dans un contexte guerrier. P. V. Hill place d'ailleurs cette monnaie au sein d'une émission spéciale consacrée aux victoires en Bretagne où elle est accompagnée de deniers au nom des trois Augustes avec des revers montrant les empereurs à cheval terrassant des ennemis, ainsi que de multiples Victoria dans diverses attitudes. Ainsi même l'Augusta participe, même si elle est restée à Rome, aux victoires de son époux et de ses fils. Septime Sévère est donc victorieux des tribus calédoniennes, car ses armes sont aussi puissantes que celles forgées par les dieux qui le soutiennent sur le champ de bataille. Mais revenons maintenant à l'objet dans les mains de Cupidon. Un autre denier plus courant (RSC 215), montre Vénus à demi nue cette fois, avec casque, palme et colonne, mais sans la cuirasse et sans Cupidon. Un bouclier rond est posé devant elle. Sur notre denier, l'objet de Cupidon ne ressemble pas forcément à un bouclier, même de profil. On constate que dans ce cas il est souvent strié et "plein". Ici, nous ne voyons qu'un contour. On ne peut cependant tranché définitivement, car des bouclier peuvent être représentés pr un arc de cercle fin. Il est donc possible qu'il s'agisse d'un arc, attribut généralement utilisé par Cupidon. Cet arc, le fils de Mars et Vénus, se l'était taillé lui-même dans un frêne, comme on peut le voir sur de célèbres statues antiques. Celle présentée ci-dessous est une copie romaine d'après un original de Lysippe (IVème siècle av. J.-C.) représentant l'Amour tendant son arc qui a hélas disparu.


L'Amour tendant son arc d'après Lysippe (Musée du Louvre, Paris)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire