vendredi 12 novembre 2010

La mort de Julia Domna: un paon sur un denier de l'impératrice divinisée

Au droit de ce denier on observe le seul buste voilé de l'impératrice pour cette dénomination. Elle apparaît ainsi divinisée à l'égale de Junon ou de Vesta qui portent souvent un voile. Au revers, le paon, oiseau-emblème de Junon fait la roue, attitude impressionnante qui met en valeur la beauté et les couleurs de l'animal qui est lié à la légende du géant Argus. Le paon est un oiseau qui a été très tôt ramené d'Inde, car il impressionnait les Anciens. En effet, l'oiseau mue et perd donc ses plumes qui se regénèrent ensuite. Il devient ainsi symbole d'immortalité et donc de l'apothéose des impératrices. On le retouve donc sur les monnaies des princesses divinisées, emportant parfois dans les cieux l'âme de la défunte.


n° J37

Dénomination: Denier

Empereur: Elagabale

Avers: DIVA IVLIA - AVGVSTA - Buste voilé, drapé à droite de Julia Domna.

Revers: CONSECRATIO - Paon marchant à gauche, faisant la roue.

Atelier (année de frappe): Rome (218)

Références: RSC 24 (350£) - RIC 395 & Sev. Alex. 715 (R2) - BMC Elag. 9 - BnF 6583

Caractéristiques: Argent, 19mm, 2.21g, 12h. - Ex. FAC

Commentaire:

Julia Domna ne survécut pas longtemps à la mort de son fils ainé Caracalla. Elle souffrait en effet d'un cancer du sein et a peut-être mis fin à ses jours afin d'abrégrer ses souffrances. Voici ce que dit Dion Cassius :
"Julia [...] se trouvait à Antioche ; lorsqu'elle apprit sa mort, elle fut tellement affectée sur le moment qu'elle se frappa avec force la poitrine et essaya de se laisser mourir de faim. [...] [lorsqu'elle apprit les discours qu'on tenait à Rome sur son fils,] elle n'eut plus d'amour pour la vie ; déjà pour ainsi dire, rongée par le cancer qu'elle avait au sein, cancer qui, resté fort longtemps presque stationnaire, avait été alors irrité par les coups qu'elle se donna en se frappant la poitrine à l'occasion de la mort de son fils, elle se laissa mourir de faim. Après s'être élevée si haut, malgré son origine plébéienne, après avoir, pendant le règne de son mari, mené une vie remplie de douleurs par Plautianus, après avoir vu le plus jeune de ses deux fils égorgé dans ses bras, avoir haï l'aîné tant qu'il vécut, et avoir appris la manière dont il avait été tué, elle tomba vivante du pouvoir et elle se donna la mort [...] Voilà quel fut le sort de Julia ; son corps, rapporté à Rome, fut déposé dans le monument de Caius et de Lucius ; plus tard, néanmoins, ses os, ainsi que ceux de Géta, furent transférés, par les soins de Maesa, sa soeur, dans l'enceinte consacrée à Antonin."
Hérodien retient également la thèse du suicide, sans évoquer cependant la maladie : "Cependant Macrin, après avoir livré aux flammes le corps d'Antonin, envoya ses cendres renfermées dans une urne, à sa mère Julia, alors à Antioche, afin qu'elle pût lui rendre les honneurs de la sépulture. Cette princesse à qui deux assassinats avaient ravi ses deux fils, cédant à son désespoir ou obéissant à quelque ordre secret, se donna la mort. "

Ce denier a donc été frappé après la mort de Julia Domna en 217. Cette monnaie est une histoire de famille... Il a certainement été émis en 218 sous le règne de son petit-neveu Elagabale, fils de sa nièce Julia Soaemias et petit-fils de sa soeur Julia Maesa qui apparaissent aussi toutes deux sur des monnaies. Le RIC classe cette monnaie plutôt sous le règne suivant de Sévère Alexandre cousin d'Elagabale, fils de Julia Mamaea, soeur de Soaemias. Ces deux jeunes empereurs sont les derniers de la famille des Sévères, même s'ils sont en réalité de la lignée syrienne de Bassianus.


Arbre généalogique des Sévères

Aucun commentaire:

Publier un commentaire