lundi 10 novembre 2014

Un très rare type de Géta avec Minerve précédée d'un serpent (Rome, 206)

Ce denier de Géta est un type d'une rareté insigne. En effet, avant la découverte de cette monnaie, seul un exemplaire connu était conservé au kunsthistorisches Museum de Vienne (n°15624). Il est en effet absent des autres grandes collections institutionnelles comme Londres ou Paris ou de trésors comme celui de Reka-Devnia. Cependant, Cohen connaissait l'existence de cette monnaie, car il a certainement eu entre les mains le Synopsis numorum romanorum qui in Museo Caesareo Vindobonensi adservantur rédigé par J. Arneth en 1837. Cohen avait attribué à ce denier le numéro 86 de son ouvrage en y indiquant la provenance (V), mais il avait fait une erreur dans sa description, indiquant une tête au lieu d'un buste drapé au droit. Ceci a eu pour conséquence lors de la rédaction du BMC de remettre en cause ce type, les auteurs de ce catalogue n'ayant certainement pas fait le déplacement en Autriche afin de confirmer l'existence de la monnaie. Cela est d'autant plus surprenant que d'autres auteurs connaissaient l'existence de cette monnaie à Vienne: ainsi Mionnet et Akerman citent le père Khell en parlant d'elle. Ce dernier avait rédigé en 1767 un supplément au catalogue de Vaillant où le premier il mentionnait ce type mais sans l'illustrer. La monnaie était présente dans la collection du comte Ariosti qui avait ensuite été intégralement achetée par le cabinet viennois. Il est aussi étonnant que Hill l'avait oublié dans son corpus à moins qu'il considérait la monnaie du Cabinet de Vienne comme étant un faux à la suite de Mattingly, l'auteur du BMC qui l'avait jugée douteuse. L'arrivée d'un second exemplaire sur le marché, partageant le même coin de droit mais de revers différent, confirme donc l'authenticité de ce denier.
Cette monnaie fait donc partie des types les plus rares de Géta, d'autant qu'il n'existe ni pour les autres métaux frappés pour le jeune César, ni pour les monnaies des autres membres de la famille impériale.


n° G45 

Dénomination: Denier

Empereur: Géta

Avers: P SEPTIMIVS - GETA CAES - Buste drapé à droite.

Revers: MINERVAE - VICTRICI - Minerve avançant à gauche, brandissant son javelot et tenant un bouclier ; à ses pieds, un serpent la précède.

Atelier (année de frappe): Rome (206 ou 207?)

Références: RSC 86 (120£) - RIC 47 (R) - BMC 454 note - Hill / - BnF / 

Caractéristiques: Argent, 20mm, 3.49g, 6h - Ex. CNG e-Auction 309 n°322.

Note: après vision à fort grossissement du bouclier, il est fort probable que ce dernier était orné d'une tête de Méduse.

Commentaire:

F. Schmidt-Dick qui a rédigé un atlas des types monétaires romains, illustre ce type (f7A/01) par l'exemplaire viennois, alors le seul connu. Il n'y a pas d'autre équivalent de ce type dans le monnayage romain. Cependant, Minerve est très souvent utilisée comme divinité tutélaire par les jeunes Césars destinés à la pourpre comme c'est le cas pour Géta. Domitien avant lui en avait fait sa déesse personnelle et un type courant où Minerve armée de son bouclier rond brandit sa lance a eu une certaine postérité auprès des Antonins. Or sur ce type, elle est orientée à droite et il n'y a pas de serpent (mais parfois une chouette). Néanmoins, un type pour Domitien justement, est très proche du nôtre, à savoir Minerve avançant à gauche. Il y a pourtant des différences: l'absence du serpent toujours et la présence d'ailes dans le dos de la déesse. 
Décrivons un peu plus précisément ce type de denier pour Géta, Minerve y est casquée, ce qui permet de la reconnaître ainsi que par la présence de son bouclier rond. Elle porte une tunique et sa palla, le manteau féminin, flotte au vent. Elle brandit une lance, pointe vers le bas, en direction d'un serpent cornu qui la précède. L'animal, ne rampe pas, mais est dressé formant des circonvolutions. Pour tenter de comprendre cette monnaie il faut la replacer dans le cadre des émissions exceptionnelles frappées en 206-207 afin de célébrer les quinze de règne de Septime Sévère. Des monnaies excessivement rares sont émises comme les deniers et aurei à la légende PROVIDENTIA. Trois monnaies exceptionnelles de Géta peuvent être rapprochées de notre denier par leur iconographie: un buste de Minerve, Minerve tenant sa lance ainsi qu'une chouette et le temple d'Echmoun. Cette dernière montre Asclepios-Echmoun entre deux serpents. Il y a peut-être un lien à faire entre Minerve troisième élément de la triade capitoline et Echmoun qui possède la même place chez les Phéniciens. Il faut ici rappeler les origines puniques de la famille des Sévères. Mais même sans ces explications, le serpent est un des attributs de Minerve. En effet, d'après Plutarque, on disait qu'un serpent habitait la crypte de l'Erechtheion d'Athènes, temple consacré à Athéna, la Minerve grecque. Le serpent apparaît alors comme un gardien de la déesse, vierge et chaste. Il semblerait aussi qu'une statue de Minerve existait à Rome avec, à ses pieds, un serpent enroulé sur lui-même, certainement en souvenir du serpent athénien. La Minerve Medica dite "Giustiniani" parvenue jusqu'à nous en est une réminiscence. Il faut maintenant tenter de rattacher l'iconographie à la légende MINERVAE VICTRICI, "à Minerve victorieuse". Le serpent pourrait alors faire référence à l'Encelade, ce géant anguipède, mis hors de combat par la lance de la déesse et enterré sous l'Etna. Il pourrait alors n'être plus le symbole bénéfique accompagnant la déesse et donc le jeune César, mais l'ennemi vaincu par lui. Dans ce cas, de quel ennemi s'agit-il? Il pourrait s'agir de mystérieux combats en Afrique mentionnés par d'autres monnaies, mais dont les textes sont silencieux ou à mettre en relation avec la préparation de la campagne britannique. On voit qu'il est très difficile d'avoir une explication définitive quant au sens de cette iconographie.
Finissons la présentation de cette monnaie par le commentaire de Khell lui-même à la fin du XVIIIème siècle: "j'espère ne pas être trop indulgent envers les collections autrichiennes, si j'accorde les louanges "d'intérêt exceptionnel" à cette monnaie du fait de son type de revers".


Statue de Minerve (Musée Chiaramonti - Vatican)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire