samedi 5 janvier 2013

Minerve sur un denier de Clodius Albinus (Rome, 194)

Clodius Albinus, Africain comme Septime Sévère (il est né à Hadrumentum, aujourd'hui Sousse en Tunisie), est nommé César certainement encore en 193 alors qu'il est gouverneur de Bretagne (actuelle Grande-Bretagne). Sévère lui offre ce titre qui fait de lui un héritier à la pourpre, mais ce n'est en fait qu'une manoeuvre afin de le tenir tranquille sur son flanc ouest. En effet, Albinus a sous ses ordres des soldats aguerris et des réseaux influents à Rome. Grâce à cette ruse, l'Auguste Septime Sévère peut alors en toute tranquillité s'occuper de son rival oriental Pescennius Niger. En 194, Septime Sévère se bat en effet en Asie (batailles de Cyzique et Nicée), mais il sait déjà pertinemment qu'il faudra plus tard régler le "problème" Albinus, car le Lepcitain veut fonder une dynastie et mettre ses propres enfants sur la liste à sa succession.


n° A1

Dénomination: Denier

Empereur: Clodius Albinus 

Avers: D CLOD SEPT - ALBIN CAES - Tête nue à droite.

Revers: MINER - PA-[CIF COS II] - Minerve casquée debout de face, tête à gauche, tenant une branche d'olivier de la main droite et un bouclier de la gauche posé derrière elle au sol; une haste est appuyée contre son bras gauche.

Atelier (année de frappe): Rome (194)

Références: RSC 48 (120£) - RIC 7 (R) - BMC W95-102 - Hill 119 (C) - BnF 6239-41;Y28-708;Maspéro 1967/610.

Caractéristiques: Argent, 17mm, 2.5g, 6h. 

Note: Cohen cotait cette pièce 12 francs or. Bien qu'Albin fasse partie des empereurs "peu courants", il n'est néanmoins pas rare. Ce type avec Minerve est d'ailleurs le plus courant des deniers d'Albin César, comme le montre le grand nombre d'exemplaires conservés dans les collections publiques. 
Ce denier présente un flan court caractéristique de cette période du règne.

Commentaire:

Voici comment Hérodien évoque la relation entre Sévère et Albin:
"Cependant sa circonspection et sa prévoyance avaient conçu quelque inquiétude des armées de la Bretagne, armées nombreuses, redoutables, et composées de soldats belliqueux. Elles étaient toutes sous les ordres d'Albinus, patricien et sénateur, homme nourri dès l'enfance dans le luxe et dans la mollesse. Sévère voulut se l'attacher par la ruse : il craignait qu'encouragé par sa richesse, sa naissance, le nombre de ses troupes et l'éclat dont son nom jouissait à Rome, Albinus ne vînt à désirer et à espérer l'empire, ne marchât sur la capitale, peu éloignée de la Bretagne, et ne s'en emparât, pendant que lui-même serait engagé dans la guerre d'Orient. Il amorça, en flattant sa vanité, cet homme d'un esprit léger, d'un caractère simple, et qui ajouta foi aux nombreuses protestations dont Sévère remplissait ses lettres. Sévère lui donna le titre de César, et prévint les désirs de son ambition en lui offrant le partage du trône. Il ne cessait de lui écrire du style le plus affectueux, le suppliant de se charger des soins de l'empire : « L'État avait besoin d'un homme qui fût, comme lui, d'une naissance illustre et dans la force de l'âge. Quant à lui Sévère, il était vieux, attaqué de la goutte, et ses fils encore dans l'enfance. » Le trop confiant Albinus accepta l'honneur qu'on lui offrait, joyeux d'obtenir sans combats et sans péril cet empire, l'objet de ses vœux.
Sévère, pour mieux tromper sa crédulité, communiqua au sénat la résolution qu'il avait prise, fit battre monnaie à l'effigie d'Albinus, lui érigea des statues, et en lui prodiguant des honneurs de toute espèce, lui inspira une confiance entière dans ses intentions. Quand par ces prudentes manœuvres il se fut ainsi rassuré sur Albinus et sur la Bretagne, quand il eut réuni autour de lui toute l'armée d'Illyrie, et préparé tout ce qui pouvait servir à ses succès, il marcha contre Niger."

Cet extrait d'Hérodien indique en effet que Sévère fit battre monnaie à l'effigie d'Albinus. On peut se demander quelle latitude avait le gouverneur de Bretagne qui n'est que César, donc dans une position moins élevée que l'Auguste, dans le choix des types monétaires. Ces derniers sont parfaitement en accord avec la politique impériale de Septime Sévère. Sur notre denier, Minerve, protectrice des Césars, est pacificatrice (MINERVA PACIFERA). Elle tient le rameau d'olivier symbole de paix et ses armes sont laissées de côté. Nous sommes en pleine guerre civile et la position de Clodius Albinus ne bougeant pas de sa province pour aider Pescennius Niger, qu'il a pourtant connu sur les champs de bataille du Danube sous Commode, apporte donc la paix à l'Empire. Il ne veut pas ajouter d'huile sur le feu à un moment critique de l'Histoire où des légionnaires romains combattent d'autres légionnaires. La légende de revers mentionne le deuxième consulat ordinaire de Clodius Albinus. C'est en effet en 194 que Septime Sévère est nommé consul par le Sénat afin de conforter son pouvoir et qu'il choisit Albinus comme collègue. C'est en effet un honneur important de siéger à cette magistrature en même temps que l'empereur régnant. Clodius Albinus s'imagine donc sans doute que d'autres honneurs arriveront. La suite lui donnera tort...


Détail d'un bas-relief sculpté sur une cuve de sarcophage représentant Minerve à côté d'un olivier, son arbre-emblème (Musée archéologique, Ostie). 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire