mardi 26 octobre 2010

Des Africains à l'allure parthe - Denier de Septime Sévère (Rome, 207)

Contrairement à la monnaie à la Victoire au bige qui est non datée, ce denier au trophée est datée de 207 grâce à la présence au revers de la quinzième puissance tribunicienne. Hill place cette monnaie au sein de la 27ème émission du règne conjoint de Sévère et Caracalla à la fin de l'année 207. Les textes antiques sont assez pauvres sur ces années qui vont de la chute de Plautien jusqu'au début de la campagne britannique en 208. Cependant, les monnaies de cette période sont très riches iconographiquement et comptent parmi les plus spectaculaires du règne. Celle présentée ici est plus classique avec la représentation d'un trophée et de deux captifs à ses pieds.
Même si aucun texte ne parle d'un voyage impérial sur le continent africain en 207, il y a bien une unique inscription de Sicca Veneria en Afrique Proconsulaire, la province natale de l'empereur, et datée de 208 qui fait allusion à des embuscades (insidiae) dressées par des hostes publici, c'est-à-dire des ennemis publics. Cette inscription fait donc plus référence à un complot qu'à des raids de tribus hostiles. Il est donc curieux que l'empereur se soit déplacé lui-même pour mettre fin à cette situation. Pourtant la monnaie présentée ici, comme d'autres, font référence à une intervention et une victoire militaire.


n° S83

Dénomination: Denier

Empereur: Septime Sévère

Avers: SEVERVS - PIVS AVG - Tête laurée à droite.

Revers: P M TR P XV COS III P P - Trophée avec à sa gauche un captif assis à gauche dans l'attitude de la tristesse et à droite un captif debout à droite, les mains liées dans le dos.

Atelier (année de frappe): Rome (207)

Références: RSC 498 (35£) - RIC 214 (S) - BMC 541 - Hill 923 (R4) - BnF 6469-70

Caractéristiques: Argent, 20mm, 3.19g, 6h. - Ex. CGF Monnaies 38 n°666

Commentaire:

On s'accorde donc à dire que le trophée au revers de ce denier commémore la victoire de l'empereur en Afrique sur des tribus révoltées du désert saharien. Les provinces africaines sont en effet vitales pour l'Empire et il est important que les échanges commerciaux avec Rome soient assurés.
Le trophée lui-même a ici une iconographie qui est stéréotypée, on s'imagine en effet mal les tribus africaines portant une cuirasse qui est souvent l'apanage des officiers romains. Les captifs sont eux aussi des stéréotypes, même si ici leur attitude est un peu inhabituelle. Sur les représentations monétaires de trophées avec captifs durant le règne de Septime Sévère, les prisonniers sont généralement tous deux assis les mains attachées dans le dos. L'habillement est celui de parthes ou de daces avec tunique et bonnet "phrygien". On est en présence sur ce denier d'une variante de ce type classique non pas par leur vêtement mais par leur attitude. Le personnage de droite est en effet debout, la jambe gauche fléchie. Il s'agit d'un homme, car barbu et porte une sorte de cape qui lui recouvre l'avant du corps. La barbe est très certainement intentionnelle afin de contraster avec le personnage de gauche. Ses mains sont liées dans le dos.


Détail du revers: personnage à droite du trophée

Le personnage de gauche est au contraire habillé, il est revêtu d'une longue tunique ou robe et est très certainement de sexe féminin. Cette personne est assise sur un casque ou une cuirasse dans l'attitude de la tristesse ou de la mélancolie, le bras droit replié et le poing sur le menton. Il s'agit souvent d'une province qui est représentée ainsi après une défaite.


Détail du revers: personnage à gauche du trophée

On a une représentation similaire sur un sesterce de Domitien où le personnage de gauche est interprété comme la Germanie. On remarquera en passant le traitement du trophée dont l'axe fait référence à l'arbre d'origine.


Sesterce de Domitien à la légende GERMANIA CAPTA (Musée de Xanten)

Doit-on pour autant considérer ce personnage attristé sur le denier de Sévère comme une province? Bien sûr que non! Aucune conquête n'est mentionnée en 207 et l'habillement des captifs montre parfaitement que l'on est en présence d'un motif stéréotypé repris sur des types plus que centenaires. Cependant on ne peut que s'étonner de la publicité faite par le pouvoir à propos de ces opérations de pacification en Afrique.


Détail d'un trophée et de captifs sur le sarcophage de Portonaccio daté des environs de 190 (Museo Nazionale Romano, Palazzo Massimo - Rome)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire